Indochine

 Avant toute chose, il y a lieu de bien situer cette année 1946 qui voit défiler nombre d’évènements tant en métropole qu’en extrême orient.

Tout d’abord c’est la situation en France qui du fait du départ du général de GAULLE va se dégrader, l’arrivée au pouvoir de divers gouvernements à majorité variable engendrant une instabilité gouvernementale chronique, des actions menées par l’amiral Thierry d’Argenlieu peu conformes à faciliter les négociations en cours entre français et vietnamiens après la rencontre avec Hô Chi Minh en baie d’Along le 24 mars 1946 négociations devant débuter par la conférence de Dalat.
 

Lire l'article

Depuis les journées des 20 et 23 novembre 1946 la tension n’a jamais cessé de monter au Tonkin, tant chez les vietnamiens qui se préparaient à la guerre, les Tu Vé agissant pratiquement au grand jour, et les forces françaises stationnées dans le delta. Ainsi la route d’Hanoï- Haiphong avait-elle été coupée en plus de vingt endroits, notamment à Haïduong où un pont sur la route coloniale n°5 avait été partiellement détruit

Lire l'article

Telle était sa devise

Le Maréchal Jean de Lattre de Tassigny nous a dit un jour :

« Il y a certains grands moments dans l'histoire des peuples où la jeunesse, qui incarne le futur, doit aussi prendre en mains le présent. Quand un pays est assis à l’ombre de la Mort, il faut que sa jeunesse sache aussitôt fleurir et porter son fruit avant que renaisse la lumière ».

Nous qui avons connu l’homme, le chef et sa ferveur pour la jeunesse, exhortons les jeunes d‘aujourd’hui à faire refleurir notre France. La France de nos vingt ans, la France que nous défendions avec passion.

 

Francis AGOSTINI

Ancien d’Indochine

 

Site créé à Marseille le 18 mars 2007 par le Commandant (R) Constantin LIANOS – Assistant : Henri GARRIC
Modifié le 17 avril 2013 par Henri GARRIC et l’Atelier 2 Clics SUDASOFT
Maison du Combattant - 50 Boulevard de la Corderie - 13007 MARSEILLE - ' 04 91 54 00 90
Nam Dinh, troisième ville du Tonkin, comptant près de 40.000 habitants, ville florissante de par son industrie textile, n’échappe pas au coup de force vietminh du 19 décembre 1946.
La ville à cette époque, n’a qu’une petite garnison composée du II° bataillon du 6° Régiment d’Infanterie Coloniale, moins une compagnie restée à Haïduong, soit environ 450 hommes et les familles européennes des cadres de la cotonnière, des administrateurs, et des employés de la banque d’Indochine.