Corée

Débarqué à Fusan le 6 février 1951, le Détachement de Renfort n° 1 (D.R.l) du Bataillon Français de l'ONU, (intégré au 23ème  régiment d'Infanterie US), rejoint son unité à Chipyong-Ni le 12 février à midi, après un long périple : chemin de fer jusqu'à
Taëgu puis, via Wongju, camions.
 
6 mars 1951, au lendemain du sanglant combat de la côte 1037, les compagnies du Bataillon Français de l’ONU, du moins ce qu’il en reste, se regroupent peu à peu dans une vallée située au pied du sinistre massif montagneux.
 
Le Sous-lieutenant Collard remplace le Lieutenant Legendre, tué la veille, et prend le commandement de ma section. Je deviens tireur V.B. (grenades à fusil) et le Sergent René Rigonet devient mon nouveau chef de groupe.
 

Dans le récit précédent, j’ai indiqué qu’à l’issue de la bataille de Chipyong-Ni le bataillon Français de l’ONU partait en semi repos. En fait, nous nous retrouvons à Chechon et ses environs, pratiquement au contact des Chinois, car il n’existe aucune ligne de front bien établie.

Lire l'article

23 mai 1951. 5 h 30, ma section reçoit deux grenades sur sa position. Aucun blessé mais en dépit des recherches, nous ne trouvons pas l’auteur du lancer.
 
A 7 heures, nous embarquons dans des camions et partons bivouaquer derrière les « Marines » qui doivent, eux aussi, participer à l’attaque. Dans la vallée nous découvrons une artillerie considérable de tous calibres, y compris des pièces de 203 mm.