A.F.N.

Politiques, Médias et même des combattants continuent à fantasmer sur les accords d’Evian du 18 mars 1962 et du cessez le feu du 19 mars 1962 en Algérie.

En fait peu de personnes n'en connaissent la teneur et comment ils ont été respectés par la France et violés par les autorités algériennes.
 
Combattants mobilisés en AFN : 1 747 927
 
Dont :  120.163 appelés ou rappelés au Maroc
           121.257 appelés ou rappelés en Tunisie
        1.101.580 appelés ou rappelés en Algérie   
 
 
 
Le 8 juillet 1962 je suis mis en dépôt, du moins en transit, dans l'ex caserne Dupleix, près des Invalides, en attendant mon ordre de mission, via le 7ème B.C.A. Bourg St Maurice (Savoie).
Il va de soi que je quittais à jamais mon village natal, SIDI-FERRUCH. Pendant ce court séjour dans cette caserne, je décide, un soir, de faire une sortie, isolé, démoralisé, détaché de mon épouse et de mes deux garçons retenus en otage en Algérie.
Alors que j’étais vice-président national délégué de l’Union fédérale à Paris, il m’est arrivé très souvent, et même plus, de représenter mon ami Serge COURS, président national, à de nombreuses manifestations ou rencontres.
Ainsi un soir de l’an 2000 me suis-je retrouvé à l’Institution Nationale des Invalides à une cérémonie, où un journaliste marseillais de talent, Monsieur Jean-Jacques JORDI présentait son livre « Les harkis ou la mémoire enfouie » cérémonie à laquelle assistait bien sûr le Secrétaire d’Etat aux anciens combattants, monsieur Jean Pierre MASSERET.