1939 - 1945

Peu à peu les archives s’entrouvrent de même que la mémoire de certains résistants qui jusqu’à présent n’avait révélé - peut-être par pudeur, ou peur de choquer- tous les crimes et les exactions commis par l’occupant nazi durant cette période qui a précédé le débarquement en Provence.
Le travail de fond que nous avons commencé avec la publication dans les collèges et les lycées des opuscules sur les mouvements de résistance dans les Bouches du Rhône, puis les recherches entreprises par M. et Mme CHINY et leur participation active sur la résistance en R2 ainsi que leurs écrits, apportent un jour nouveau sur des coins particulièrement obscurs concernant les dénonciations ; les arrestations, les tortures et surtout sur les exécutions pratiquées par les bourreaux allemands de la Gestapo, aidés en cela par certains traitres français à la solde de l’occupant.
 

Au début de 1944, les alliés disposaient d’une indiscutable supériorité numérique et matérielle, mais sans l’intervention d’un facteur surprise, toute l’opération pourrait se solder par une catastrophe, qui plus est il fallait tenir compte d’autres facteurs tout aussi importants qui s’appelaient la météo, l’état de la mer et des marées sans oublier un des plus importants les renseignements sur les fortifications et le positionnement des troupes allemandes.

Lire l'article

 

Lors de la conférence de Téhéran, en novembre 1943, Joseph STALINE donne son accord au débarquement en Provence, opération qui soulagerait les efforts de l’Armée Rouge, s’opposant à Winston CHURCHILL qui aurait souhaité la poursuite des opérations en Italie en direction du col du Brenner et de l’Autriche, visant ainsi à attaquer le III° Reich par le Sud.

 

L’opération baptisée tout d’abord Anvil devint Dragoon et fut fixée au 15 août 1944.

Lire l'article

 

Le 17 août au matin toutes les unités de la DFL se trouvent donc regroupées, le général BROSSET installant provisoirement son PC dans le village de Gassin, puis partant vers l’Ouest va reconnaître les zones d’action de la division, c'est-à-dire, d’attaquer Toulon par le Sud, le long de la côte en liaison avec la 9° DIC au Nord.

Lire l'article