1870

Bien avant le jour une fusillade éclate à Bazeilles, des éléments bavarois profitant de l’épais brouillard s’étant glissés discrètement vers les premières maisons du village sans donner l’éveil, n’ayant rencontré d’ailleurs aucun postes avancés français ; d’un coup trois bataillons bavarois surgissent vers quatre heures trente dans les rues de Bazeilles, mais viennent se heurter aux défenses érigées par les marsouins en travers des rues et dans les habitations transformées en véritables redoutes… Les chasseurs bavarois sont littéralement rejetés subissant des pertes importantes notamment dans la grande rue du village, mais réussissent tout de même à s’éparpiller dans les rues latérales.

Lire l'article

Dans la journée du 31 août, la division Margueritte, longeant la frontière, était venue camper au Calvaire d'Illy. Mise à part un coup de canon et quelques tirs de carabine sur l’avant-garde du 4e cuirassiers, la nuit du 31 août se passe assez tranquillement dans les campements de cavalerie.
« La fusillade commence sur les bords de la Meuse, il va y avoir une grande bataille. Le Prince Royal est là avec son armée. Nous serons entourés par plus de 200.000 hommes.».Tel est la teneur du message envoyé au général Margueritte.
Dés l’arrivée de l’estafette, le général Margueritte a donné ordre à la division de se mettre à cheval, elle lève le camp et se range en bataille, sur deux lignes, massée en colonne de régiments, sur les hauteurs d’Illy.