Se souvenir

On liquide nos Comptoirs des Indes; le peuple de France reste indifférent, la grande presse  se décide enfin à en parler mais sans émotion, comme d'une chose normale ; au Parlement pas une voix ne s'élève pour protester. 
Jeune vietnamien ami de la France, je suis le témoin écœuré du jeu que mènent certains de mes compatriotes qui profitent de leur séjour dans votre beau pays, pour attaquer ceux qu'ils devraient remercier.
Le 9 Octobre 1948, dans une de ses lettres intimes, que tous les Anciens d'Indochine connaissent bien, (1) un jeune engagé volontaire de 25 ans, lançait avant de tomber mortellement blessé quelques jours plus tard : 
« Nous perdons sur tous les tableaux; n'ayant •pas su réagir au début de façon efficace contre une•révolte peu importante, nous avons laissé se multiplier les organismes V. M. qui font de la propagande, de l'action politique, de l'instruction et noyautent ainsi la masse...»"