Le 6 août 1945, la première bombe atomique tombe sur Hiroshima, suivie de la seconde sur Nagasaki le 9 août, annonçant la capitulation japonaise qui est effective le 14 août, le 2 septembre étant la date choisie par le général Mac Arthur pour la signature officielle de la reddition de l’empire du Soleil Levant.
Hô Chi Minh comprend aussitôt que l’Indochine allait devenir un enjeu et qu’il fallait agir immédiatement avant l’arrivée probable des troupes alliées.