Des événements

Dans le récit précédent, j’ai indiqué qu’à l’issue de la bataille de Chipyong-Ni le bataillon Français de l’ONU partait en semi repos. En fait, nous nous retrouvons à Chechon et ses environs, pratiquement au contact des Chinois, car il n’existe aucune ligne de front bien établie.

Lire l'article

6 mars 1951, au lendemain du sanglant combat de la côte 1037, les compagnies du Bataillon Français de l’ONU, du moins ce qu’il en reste, se regroupent peu à peu dans une vallée située au pied du sinistre massif montagneux.
 
Le Sous-lieutenant Collard remplace le Lieutenant Legendre, tué la veille, et prend le commandement de ma section. Je deviens tireur V.B. (grenades à fusil) et le Sergent René Rigonet devient mon nouveau chef de groupe.