Dans le récit précédent, j’ai indiqué qu’à l’issue de la bataille de Chipyong-Ni le bataillon Français de l’ONU partait en semi repos. En fait, nous nous retrouvons à Chechon et ses environs, pratiquement au contact des Chinois, car il n’existe aucune ligne de front bien établie.

Lire l'article