Il va dès 1940 rejeter Vichy et surtout la présence des allemands à Paris ; rencontrant Alain GRIOTTERAY grâce aux contacts qu’il avait avec Jean Baptiste BIAGGI, il s’engage à ses côtés au réseau Orion 

 Lire l'article