Comme l’a écrit le colonel GRANIER, son chef de corps durant la campagne de France en mai- juin 40 « La France a été vaincue, non pas parce que son armée manquait de chars ou d’avions, que parce la nation ne brûlait pas de cette flamme patriotique qui l’avait jadis sauvée aux grandes heures sombres de son histoire ».
Il a ajouté à cela « Et  si dans le désastre général, certaines divisions et certains régiments ont conservé un esprit combatif, c’est parce que leurs chefs de corps avaient su créer cette arme collective, seule capable de susciter au sein de la « piétaille » les plus héroïques sacrifices : l’esprit de corps. Le 141° régiment d’infanterie alpine était de ceux là.
Les marseillais et les provençaux peuvent être fiers de ce régiment »