1870

Dès le 30 août 1870, les Allemands accrochent le corps du général de FAILLY à Beaumont où les français, une nouvelle fois, sont surpris au bivouac… C’est une panique effroyable où les troupes impériales laissent sur le terrain 1800 tués, près de 3000 prisonniers et plus de 50 pièces d’artillerie abandonnées…
Napoléon III est à Sedan dans la soirée, dans la ville et la citadelle elle-même règne le plus grand désordre ; une erreur grossière du chef de gare de Sedan fait évacuer sur Mézières, plus de 800.000 rations alimentaires ainsi qu’une compagnie du génie qui devait détruire le pont de Donchery.
Les Allemands ont progressé eux sur les deux rives de la Meuse avec des effectifs avoisinant les 180.000 hommes ; les troupes impériales tiennent la rive droite du fleuve entre la Givonne, le ruisseau d’Illy et la place de Sedan ; au sud la division bleue du général de VASSOIGNE, la division de Marine composée des 1°,2°,3° et 4° régiment d’Infanterie de Marine.
 

Bien avant le jour une fusillade éclate à Bazeilles, des éléments bavarois profitant de l’épais brouillard s’étant glissés discrètement vers les premières maisons du village sans donner l’éveil, n’ayant rencontré d’ailleurs aucun postes avancés français ; d’un coup trois bataillons bavarois surgissent vers quatre heures trente dans les rues de Bazeilles, mais viennent se heurter aux défenses érigées par les marsouins en travers des rues et dans les habitations transformées en véritables redoutes… Les chasseurs bavarois sont littéralement rejetés subissant des pertes importantes notamment dans la grande rue du village, mais réussissent tout de même à s’éparpiller dans les rues latérales.

Lire l'article